CBD et cancer : finis les effets secondaires ?

Selon la Ligue contre le cancer, près de 400 000 cas de cancer seraient diagnostiqués annuellement en France. Relativement efficaces, les traitements traditionnellement pratiqués ont pour conséquence des effets secondaires non seulement très contraignants, mais aussi douloureux. Cela pousserait de plus en plus de patients à rechercher des remèdes complémentaires avec moins de toxicité. L’huile de CBD est l’une de ces solutions, elle offre une action positive sur les effets secondaires si handicapants des traitements anticancéreux. Le cannabidiol aurait en fait un effet analgésique, apaisant et antipsychotique, sans compter que c’est un produit naturel et nullement agressif.

Le cancer, qu’est-ce que c’est ?

« Cancer » est un terme qui combine un ensemble de maladies qui ont pour principale caractéristique la propagation et la multiplication de cellules anormales de manière anarchique. La non-élimination de ces cellules dites cancéreuses implique l’évolution de la maladie, ce qui se conclut par le décès du patient au bout d’une période plus ou moins longue.

Comme cette définition le souligne, les cancers sont multiples, variables et différents les uns des autres. Des caractéristiques particulières sont propres et plus ou moins uniques à chaque type de cancer. Par exemple, on distinguera complètement différemment un cancer du poumon d’un cancer du sein. En effet, ces deux maladies n’ont ni la même vitesse d’évolution ni les mêmes traitements.

Par ailleurs, et contrairement à ce que l’on peut penser, un seul organe peut subir différents types de cancers. Pour reprendre notre exemple, sachez que le poumon ou le sein peut développer différentes formes de cancers, c’est pourquoi il est toujours important de trouver le bon traitement en fonction des spécificités d’un cancer, et ceci indépendamment de l’organe touché. Par exemple, si un cancer du sein s’étend au foie par le biais de métastases, il demeurera tout de même un cancer du sein, et cela doit être pris en compte dans le traitement.

Comment le cancer se déclenche-t-il ?

Le déclenchement d’un cancer se produit quand de nombreux dommages de taille microscopique s’accumulent dans une cellule et ne sont pas réparés. Cela va engendrer une cellule cancéreuse qui aura tendance à se multiplier et à se propager de manière incontrôlée.

Suite à cela, on assistera à la formation progressive d’une tumeur maligne au sein de l’organe de départ de la maladie. Cette masse de cellules cancéreuses (en l’occurrence la tumeur maligne) va ensuite grandir et finir par envahir les tissus voisins. De multiplication en multiplication, il arrive que des cellules cancéreuses acquièrent des capacités qui leur permettent de « s’échapper » de leur tissu originel, généralement au niveau des vaisseaux lymphatiques ou sanguins. De là, ces cellules colonisent d’autres organes et y fondent ce qu’on appelle des cancers secondaires. Ce sont ces derniers que l’on nomme « métastases ».

Mais comme expliqués plus haut, les métastases ne représentent pas un autre type de cancer, puisque celui-ci se détermine par son tissu originel. En effet, un cancer de la prostate qui s’est développé dans l’os ne se transformera pas en cancer de l’os. Un cancer osseux à proprement dit est un cancer qui s’est développé initialement dans l’os.

Quels sont les traitements classiques du cancer ?

Étant donné qu’il existe différents types de cancers et que chacun est unique dans tous ses aspects, il est naturel que les traitements aussi existent en de multiples formes. Selon la maladie et le cas individuel du patient, on peut lui prescrire un traitement seul ou une association de plusieurs traitements différents. Ainsi, il existe six principaux types de traitements anticancéreux que nous énumérons comme suit :

  • la chirurgie ;
  • la chimiothérapie ;
  • la radiothérapie ;
  • l’immunothérapie ;
  • les thérapies ciblées ;
  • l’hormonothérapie.

L’objectif commun à toutes ces méthodes de traitement est l’élimination des cellules cancéreuses. Elles peuvent agir par voie générale ou de manière ciblée. Cette dernière manière de faire viser uniquement les cellules cancéreuses d’un organe malade, tandis que la première est appliquée sur la totalité des cellules cancéreuses qui peuvent s’être développées dans le corps.

Quelles sont les causes du cancer ?

Étant un phénomène aléatoire, il est très difficile d’identifier précisément la cause originelle de la survenue d’un cancer. Aussi, le rapport d’un même facteur peut être favorisant ou défavorisant selon le type de cancer.

Toutefois, les différentes recherches effectuées ont pu établir une liste de facteurs favorisant généralement le déclenchement d’un cancer. L’âge et l’héritage génétique sont des facteurs dits non modifiables. Les études ont démontré que certains gènes prédisposaient au cancer. Aussi, on sait que plus on vieillit, plus les mécanismes de reproduction cellulaire manquent de performance. Par conséquent, le principe de vieillissement augmente les chances de développer un cancer. Mais toutes les causes de la survenue du cancer ne sont pas immuables, en voici certaines avec les probabilités qu’elles engagent :

  • 20 % des cas sont dus au tabac ;
  • 10,8 % des cas ont pour cause le surpoids, l’obésité ou l’alimentation excessive ;
  • 8 % des cas sont dus à l’alcool ;
  • 4 % des cas sont dus aux infections virales et bactériennes ;
  • 3,6 % des cas sont dus aux expositions professionnelles ;
  • 3,1 % des cas sont dus aux UV ;
  • 1,9 % des cas sont dus aux radiations ionisantes ;
  • 0,9 % des cas sont dus à une activité physique insuffisante ;
  • 0,8 % des cas sont dus à des hormones ;
  • 0,5 % des cas sont dus à un manque d’allaitement.

CBD et cancer, comment ça marche ?

Contrairement à ce qui est populairement connu, les effets du CBD n’agissent pas seulement sur les effets secondaires des traitements anti-cancérigènes. Des études avancent en effet que certains cannabinoïdes comme le CBD participeraient activement à empêcher les cellules cancéreuses de proliférer, notamment en perturbant le processus de néovascularisation tumorale.

La molécule aurait également des effets sur un gène particulier, le Id-1, que l’on dit mauvais et qui favorise la prolifération des cellules cancéreuses dans l’organisme. Ainsi, les observations démontrent la capacité du CBD à réduire très significativement l’expression du gène en question. Il limiterait aussi l’invasion de cellules métastatiques dans le corps.

Comment utiliser le CBD contre le cancer ?

Les patients atteints de cancers souhaitant se traiter au CBD utilisent cette molécule sous forme d’huile. Il s’agit de la manière la plus rapide pour ressentir les effets. Ainsi, il suffit de se mettre une goutte sous la langue, d’attendre durant une minute puis de l’avaler. Ce contact avec la muqueuse buccale va servir à accélérer la survenue des effets positifs. Mais attention, le goût peut être très désagréable. C’est pourquoi, il est possible de se passer du fait de la maintenir en bouche, mais de se résoudre à supporter la douleur quelques minutes de plus.

Concernant le dosage, il est strictement individuel et doit se faire progressivement. Demandez alors conseil à un médecin, commencez par une petite dose puis augmentez-la chaque semaine jusqu’à ce que vous trouviez la bonne.

Le cancer est une maladie complexe avec beaucoup de contraintes, si la médecine lui a trouvé beaucoup de remèdes, ils ne sont pas tout le temps efficaces, ni simples à supporter. Et si la solution était plus naturelle que ce que l’on pensait ? L’avenir nous le dira.

top